Citation

Préface de Martin GRAY dans le livre « Isabelle CREVIER peintures »

En observant les peintures d’Isabelle CREVIER on est immédiatement saisi par l’humanité qui s’en dégage ; son enfance africaine n’est sans doute pas étrangère à ce sentiment. Ses thèmes, dont certains sont universels, nous révèlent un impérieux besoin d’Afrique et d’Asie. En prenant résolument ses distances avec le monde des apparences, elle nous capture dans sa toile pour nous libérer, revigorés d’essentiel ; grâce à une acuité visuelle d’une rare sensibilité, elle restitue l’âme des sociétés traditionnelles, berceau de l’humanité. La grâce des femmes, la jovialité des enfants, la tendresse des attitudes, la beauté luxuriante des paysages, nous plonge de toile en toile dans un univers harmonieux et apaisé. À l’évidence, Isabelle CREVIER cherche à travers son œuvre à incliner le monde vers plus de beauté, plus de sensualité, plus d’amour tout simplement. Elle taille dans la couleur avec cette obsession de la verticalité qu’elle accentue par la fulgurance de la lumière ; mais la technique à elle seule ne suffirait pas à nous faire entrer dans son univers, sans cette part immense d’humanité qu’elle exalte en permanence. La force de sa peinture est de nous faire aimer la peinture. La force de sa peinture est de nous faire aimer autrui. La force de sa peinture est de nous faire aimer la vie ; Puisse l’ascèse picturale d’Isabelle CREVIER nous donner à tous les meilleures intentions du monde, pour un monde meilleur.

Martin GRAY, écrivain et Président de la Fondation des Droits de l’Homme